La milice Française 

Le 30 Janvier 1943, sous la direction de Joseph Darnand , est officiellement crée la Milice .


Cautionnée par Pétain, cette organisation militarisée , forte de 30 000 hommes à la fin de l'année 43 , en vient à contrôler en plus des forces répressives de Vichy, une bonne partie de la presse et de l'administration pénitentiaire.

La Milice Française est composée de :" Français pure-souche" , volontaire, moralement prêts et physiquements aptes non seulement à soutenir le régime par leurs actions , mais aussi à veiller au maintient de l'ordre.

Le 31 Janvier , à Vichy , Jospeh Darnand présente la Milice 

 

:" A ceux qui s'obstinaient à nous considerer comme de simple réactionnaires, nous avons manifesté hautement nôtre volonté de voir instaurer en France un régime autoritaire national et socialiste , permmettant à la France de s'intégrer dans l'Europe de demain" 
Declara l'homme

La Lutte contre la Résistance :
En juin 1943 , la Milice se dote d'une unité de combat , la France-Garde" en uniforme et encasernée , dont l'instruction s'oriente vers les :

 

Combats de Guerre civile
 
Combats des maquis
 
Mais aussi les combats de Rue

Darnand veut faire de la milice une arme contre la Résistance.

A la suite d'une visite en Allemagne , assuré que la Milice sera désormais armée et soutenue par l'Allemagne , il s'engage dans la Waffen SS .

La Milice est autorisée en Zone du contrôle Nord de la France en février 1944 , elle reçoit également un armement :" moderne"' .

La Milice contrôle trois domaines sensibles du régime :
 
La Propagande ( Philip Henriot milicien devient alors secretaire à l'information )

 
L'administration pénitentiaire
 
La Police

En Janvier 1944 , Darnand se voit attribuer l'ensemble des forces de police , 45 000 gendarmes , 6 000 gendarmes mobiles ainsi que 25 000 membres du GMR( Groupes mobiles de reserve ) et tout les corps de police.

Darnand , qui a prêté serment à Hitler , méne une véritable guerre civile contre les résistants.

 

 La répression est terrible , la traque de l':"Anti-France" systématique. 

L'ancien président de la Ligue des droits de l'homme Victor Basch et sa femme , sont assassinés le 10 Janvier 1944 , il était alors âgé de 84 ans .


Les anciens ministres Jean Zay et Georges Mandel sont eux aussi assassinés.

Dans les prisons dirigées par des miliciens , des résistants sont torturés et fusillés constamment .

 

En février 44 , les Miliciens et les GMR combattent aux côtés des Allemands contre les maquisards des Glières.

La fuite en Allemagne 

Lors de la Déroute allemand , les membres de la Milice fuient en Allemagne et se divise en quatre fractions :

 

- La première forte de 2 000 hommes est engagée dans la division Waffen SS :" Charlemagne" .

- La deuxième restée avec Darnand contraint de céder la milice à un commandant allemand est transférée en Italie pour lutter contre les partisans .

- La troisième est affectée aux camps de travaux .

- La quatrièmes ( environs 80 hommes ) est dirigée vers les écoles d'espionnage de la Gestapo et en partie parachutée ou infiltrée en France .

 


Condamnations à mort :

Beaucoup de miliciens sont condamnés à mort  .

Onze de ses chefs sont exécutés . 

Arrêté le 25 juin 1945 par les Britanniques, et remis aux autorités françaises , Darnand est jugé le 3 octobre 1945 est condamné à mort par la Haute Cour de Justice.

 Il est fusillé le 10 octobre 1945 .

 

Jean Filiol 


 
Né en 1909 a Paris, il a d'abord ete militant d'Action Francaise et dirige la 17eme section parisienne des camelots du Roi.

C'est lui qui, le 6 février 1934, lance vers le pont de la Concorde la charge contre les gardes mobiles qui déclenché la fusillade.

 

 
Avec Eugene Deloncle, il est le principal organisateur de la Cagoule en 1936. Compromis dans l'assassinat des freres Roselli (Antifascistes Italiens)
 il se réfugie en 1937 en Italie puis en Espagne.

 
 
En 1941, il revient en France et rejoint l'equipe dirigrante du MSR de Deloncle ou il est en charge du renseignement. Le 14 mai 1942, il organise un "putsch" pour évincer Deloncle.  Mais Laval, echaude depuis la tentative d'assassinat dont il a ete victime de la part de Colette en aout 1941, voit en lui un assassin en puissance et le fait arreter en novembre 42.

 
 
Jopseph Darand, secretaire d'etat au maintien de l'ordre et chef de la Milice, le fait liberer debut 1944 et l'affecte a la Franc-Garde dans le Limousin, en charge, encore, du renseignement.

 
Puis en juin 1944 la 2.Pz.SS arrive a Oradour-sur-Glane pour y "debusquer les terroristes". Or, à Oradour-sur-Glane, il n'y avait pas de maquis.
 
Dans la région, il y a quatre Oradour et par contre, à Oradour-sur-Vayres, il y avait un maquis. 


Une erreur de cible? Oradour-sur-Vayres aurait dû connaître la répression féroce d'Oradour-sur-Glane?

Ce massacre a été commis par des Nazis mais  la Milice et  Jean Filliol ont joué un rôle  dans sa préparation .

 

Ce site est propulsé par Viaduc