Le cas de la Pologne : Résistance & persécutions 

Premier Pays à lutter contre le nazisme en septembre 1939 , la peuple polonais n'a pas  cessé de combattre pour sa liberté sur tous les continents .

 Mais c'est à l'intérieur de son territoire envahi par les deux puissances totalitaires que fut jouée la carte la plus tragique , celle de l'une des résistances les plus ardentes d'Europe .

Abandonnés par les Alliés en 1939 , puis en 1945 traités par l'URSS à l'égal des nazis à la fin de la guerre , les patriotes polonais sont restés fidèles à leur honneur .

Début 1942, la presse clandestine de la Résistance polonaise attira l'attention à plusieurs reprises sur la tragédie juive et incitait la population polonaise à réagir et à les aider.


 Le 17 septembre 1942, faisant suite aux mouvements d'opinion en Pologne, une déclaration de la Direction de la Lutte Civile fut retransmise à la radio de Londres, dans le but d'informer le monde sur l'extermination des Juifs.



Le gouvernement polonais en exil agit à son tour en publiant, le 12 décembre 1942, une note diplomatique sur ce drame adressée à tous les Etats alliés. 

En 1943, le Conseil des ministres polonais à Londres proposa aux Alliés de s'adresser au peuple allemand pour l'informer des crimes nazis.



Malheureusement toutes ces actions furent vaines et restèrent sans réponse...




En septembre 1942, dès que les premiers grands massacres furent connus, divers partis politiques polonais clandestins, comme le Parti Paysan, 

Le Front Catholique, les partis Socialiste et Démocratique, avec le Comité National Juif et le Bund, créèrent un  ''Conseil Clandestin d'Aide aux Juifs'' 

(Rada Pomocy Zydom). 

Ce conseil s'efforçait d'obtenir des subventions et de les répartir entre les personnes qui se cachaient, en assurant leur protection. 



Le Gouvernement polonais en exil dès le début 1943, accordait à ces fins, 150.000 zlotys par mois, pour monter à 2 millions au milieu de l'année 1944. 

Ce Conseil Clandestin, au travers de la presse clandestine, agissait pour gagner à sa cause l'ensemble de la société polonaise. 

Plus de 50.000 Juifs purent être ainsi sauvés par cette organisation
 (sur un total de 100.000). 




L'Eglise polonaise, et notamment les couvents catholiques, jouèrent aussi un rôle exemplaire. 

L'ensemble des maisons religieuses féminines participèrent à ce sauvetage, particulièrement à celui des femmes et des enfants.

La Résistance dans le Ghetto de Varsovie 



Il est souvent déclaré à tort que la communauté Juive s'est " laissée faire" rien n'est plus faux .

Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne. 

L'armée polonaise est vaincue en moins d'un mois .

Création du ghetto :



En 1939, il y avait 1.300.000 habitants à Varsovie dont 380.000 Juifs. La ville fut prise par l'armée allemande dès le début de la Guerre le 30 septembre 1939. Hitler lui-même vint parader dans Varsovie le 5 octobre 1939.

Dès l'hiver 1939-1940, les nazis commencèrent à persécuter les Juifs :

 

Obligation de porter un brassard avec l'étoile de David, identification des magasins juifs sur leurs vitrines, obligation de rendre les radios, interdiction de voyager en train (novembre 1939).

Bientôt, on rassemble les Juifs de Pologne dans des quartiers fermés : les ghettos. Il y eut d'abord un ghetto à Lublin et un à Lodz. Le ghetto de Varsovie fut créé le 12 octobre 1940 (jour de la fête juive de Yom Kippour). 

Puis il y eut ceux de Cracovie, de Lublin, de Czestochowa, de Kielce, de Lwow.

Le Judenrat :




Dès la création du Ghetto de Varsovie, à la fin de 1940, les nazis imposèrent la création d'un "Conseil juif" de 24 membres :



Le Judenrat.


Sous la pression constante des nazis, le Judenrat, sous la direction d'Adam Czerniakow, mit en place un système de services sociaux, éducatifs, religieux et médicaux pour faire face aux problèmes énormes causés par l'afflux des Juifs dans le ghetto.

 Il y eut jusqu'à 500.000 personnes au début de 1942.



Adam Czerniakow est né à Varsovie en 1880


Le 4 octobre 1939, quelques jours après la prise de Varsovie par les nazis, Czerniakow fut nommé à la tête du Conseil Juif de Varsovie

Lorsque le 22 juillet 1942, les Allemands annoncent une opération de 

« transfert des populations vers l'Est », c'est-à-dire la déportation vers les camps de la mort, le président du "Conseil Juif" du ghetto, Adam Tcherniakov, se suicida (23 juillet) pour ne pas avoir à livrer les enfants aux nazis. Les derniers mots de ses carnets sont les suivants :

:" on exige de moi de tuer de mes propres mains les enfants de mon peuple »

 

La Révolte du Ghetto





C'est un jeune homme d'à peine 24 ans qui est à la tête de l'Organisation Juive de combat du Ghetto de Varsovie ( crée en octobre 1942 )  , Mordechai Anielewicz celui- ci  reste le symbole de la résistance Juive . 

Après avoir tenté de rejoindre la Palestine il se fait arrêter à la frontière Polonaise , il parvient à s'échapper de prison .



Le premier soucis de l'homme est de récupérer un grand nombre d'armes  . 

IL demande de l'aide auprès de la Résistance Polonaise qui lui fournit une dizaine de pistolets .  

Les premières opérations de l'OJC visent les membres de la police juive , du Judenrat et des Juifs au service de la Gestapo .

Josef Szymanowski , le chef de la police juive est blessé dans un attentat . 

Son adjoint est exécuté le  29 octobre 1942 pour avoir fait preuve d'un trop « grand professionnalisme »  au cours de la déportation des juifs .

La tension  monte d'un cran  pour l'OJC lorsque les nazis commencent a afficher plusieurs condamnations a mort . 

Le 9 Janvier 1943 ; Heinrich Himmler visite le ghetto et constate la présence de 40 000 juifs et donne l'ordre d'en déporter 8 000 les jours suivants . 

3 000 juifs se laissent surprendre mais l'OJC décide de réagir .

Le 18 Janvier 1943 , les unités allemandes pénètrent dans le Ghetto a 7h30 pour effectuer des rafles . 

Un groupe commandé par , Mordechai Anielewicz  se dispose le long d'une colonne de déportés . Au signal du leader de l'OJC les résistants ouvrent le feu . Plusieurs allemands sont tués et blessés .

D'autres groupes harcèlent les nazis et cette journée du 18 Janvier devient rapidement une journée de guérilla . 

Pour la première fois depuis la création du Ghetto , des juifs parviennent a empêcher une rafle . 

Si les pertes sont assez lourdes pour l'OJC , l'attitude des habitants du ghetto a changée . 

 

 

Ils sont maintenant remplis d'espoirs et déterminés a résister a toute action allemande .

La Résistance Polonaise est quand a elle admirative de l'action des résistants du ghetto .

 

 

 L'OJC reçoit ainsi 49 nouveaux revolvers et commence la fabrication de cocktails Molotov .

L'OJC est maintenant soutenue par tout le Ghetto y compris le judenrat .

Pendant 3 mois ,la résistance se réorganise .

L'OJC assure l'entraînement des résistants , les répartis dans différents groupes . 

Elle rassemble également de l'argent pour financer l'achat d'armes du côté 
« aryen » de Varsovie . 

( Cet achat est assuré par des juifs pouvant se faire passer pour « aryen » vis a vis des nazis ) . 

L'OJC intervient et neutralise 12 collaborateurs du Ghetto . 

La population civile aide l'OJC en aménageant des abris et en installant des bunkers .




Marek Edelman :




Il  adhère au Bund, en 1942 il est l'un des fondateurs de la Żydowska Organizacja Bojowa (ŻOB, l'Organisation juive de combat).

Après la mort de Mordechaj Anielewicz, il en devient le commandant. Il a également été soldat de l'Armia Krajowa et combattant du soulèvement de Varsovie (1944).

 Il quitta temporairement la Pologne à la fin de la guerre pour y revenir en 1946.




Une des femmes de l'organisation juive de combat qui pouvait se faire passer pour : « aryenne » aux yeux des nazis .



Zivia Lubetkin et Antek ( Itzhak )  Zucherman :



 Membres de l'organisation juive de combat mais aussi un couple .

Antek Zucherman était le meilleur ami de Mordechai Anielewicz  .

Zivia et  Antek formèrent en 1949

La maison des Combattants des ghettos de Varsovie en mémoire des partisans du Ghetto . 



Simcha Kazik et Siewierski Stefan a l'arrière plan nous apercevons 
Antek Zucherman . 


Tosia Altman :




Tosia Altman résistante du ghetto de Varsovie a profité elle aussi de son côte :" aryen" pour passer inaperçue du côté aryen de Varsovie en dehors du Ghetto . 

Elle fut arrêtée par la Gestapo une semaine après qu'elle parvint  a s'échapper du ghetto avec d'autres résistants de l'organisation juive de combat , elle mourut  de ses blessures  .


Jürgen Stroop  :




Jürgen Stroop   regardant le ghetto brûler 

( au milieu de la photo on le reconnaît a sa casquette d'officier SS ) .



Jurgën Stroop sera jugé pour crime contre l'humanité et pendu sur l'ancien site du ghetto de Varsovie

Pour la petite histoire , les nazis evitèrent de rentrer dans le ghetto la nuit, il s'avaient peur des :" fantômes juifs"  ( les résistants du Ghetto ) . 




Billet de banque polonais sur lequel est inscrit :    «  Le ghetto combat » 



Un journal de l'organisation juive de combat  (OJC) .



Les nazis lors des combats de mai 1943 du Ghetto de Varsovie .

 
Des combattants du Ghetto se rendent aux nazis .

1943 l'Ultime Révolte :




Voilà un grand film qui malheureusement n'aura pas eu un vif succès lors de sa sortie en 2001 .

Jon Avnet nous propose une poignante immersion dans le terrible Ghetto de Varsovie . 

A l'instar du film Le Pianiste de Roman Polanski , Uprising nous plonge dans les horreurs du Ghetto de Varsovie .


Si le film de Polanski est un incontournable du genre , force est de constater que le film de Jon Avnet 
le complète .


Restrictions biographique obligent , Le Pianiste si il est un excellent outil pédagogique pêchait peut être par son approche approximative de l'Histoire du Ghetto .


Avec Uprising c'est tout autre chose .
Pari risqué pour Jon Avnet qui aurait pu sombrer dans une vulgarisation bateau .


Il est très étonnant de constater le parti pris du réalisateur . A des scènes larmoyantes et de victimisation , le réalisateur préfère des séquences terriblement neutres et froides qui glaçent e sang . Le message est très clair : Ce n 'est pas au réalisateur de procruer de l'émotion au spectateur , mais bel et bien à lui de mener un travail de réflexion .


En effet , aucune musique :" n'accompagne" le spectateur dans les séquences dures , au mélodies de circonstances sur des images de déportation , Avnet préfère tout simplement le silence . Effet garanti .


Je rebondis à présent sur l'excellente bande son du film composée par Maurice Jarre .
Peu de pistes musicales , les rares pistes du compositeur sont de haute volée et évitent les clichés sonores souvent présents dans ce type de films .


Non satisfait de nous livrer un film poignant , Jon Avnet et son équipent ont fais un monumental travail de reconstitution du Ghetto , des immeubles aux pavés on s'y croirait .


Le travail de reconstitution est tellement méticuleux qu'un ancien du Ghetto qui a servi de conseiller sur le tournage à un jour pointé une fenêtre du doigt et à déclaré au réalisateur :" c'est là que j'habitais !" .

L'uniformologie est exemplaire et s'avère supérieure à certaines grosses productions de la machine Hollywoodienne . 
Je vais rapidement évoquer le casting . Il frise la perfection .

Les acteurs ne sont pas forcément connus et ce n'est pas une mauvaise chose .

Leur naturel m'a agréablement surpris . Menés par un Hank Azaria et un David Schwimmer très convainquants , leurs sincérités m'a touché .
Il est également troublant de noter la grande ressemblance des protagonistes avec les personnes ayant réélement existées qu'ils sont censés représenter . 

La durée du film est justifiée ( plus de 2h30 ) et il n'y a aucun temps morts . 

De la création du Ghetto à sa destruction , Uprising nous offre une fantastique leçon d'Histoire salutaire sincère et sans prétention . 
Le film ne divertie pas , il instruit et se veut être une réflexion sur ces horreurs de la bétise humaine .

Inoubliable , et indispensable .

Verdict : 9,5 / 10

Révoltes dans les camps de la mort 


 
Au coeur même de la machine de l'extermination nazies , dans les centres de mise à mort , il y eu des révoltes entre août 1943 et octobre 1944 .

Le camp de Treblinka a été ouvert en juillet 1942 principalement pour assassiner les Juifs du Ghetto de Varsovie . 

Ce centre de mise à mort qui coûta la vie de 750 000 a environs 800 000 juifs fût le théâtre d'une révolte des internés le 2 août 1943 dirigée par un ancien officier de l'armée polonaise , le docteur Leichert .

Un serrurier juif avait fait une empreinte de la serrure de l'arsenal du camp . 

Un des quelque 700 détenus que comptait alors le camp a cette période  s'y laissa enfermer et donna à ses camarades des fusils et des grenades qui furent répartis entre les trois groupes de combat constituant l'organisation de la Résistance .

Dans l'après midi du 2 août 1943 au signal ,  le camp fût incendié et l'arsenal explosa .

Une vingtaine de gardes furent tués , 150 à 200 prisonniers parvinrent à s'évader poursuivis par les Allemands .

Il restait cependant une poignée de survivants à la fin de la guerre .

A Sobibor , où 200 000 à 300 000 Juifs furent assassinés à partir de mai 1942 , 600 détenus se révoltèrent le 14 octobre 1943 .

Des jeunes filles employées par les SS avaient volé des fusils des grenades ainsi qu'une mitraillette .

Dix SS furent tués et une quarantaine de gardes ukrainiens tyés ou blessés .

Près de 300 prisonniers juifs s'évadèrent, mais des dizaines d'entre eux moururent dans le champ de mines entourant le camp et des dizaines d'autres furent repris dans les jours qui suivirent la révolte.
 
 
En tout et pour tout, seul 50 prisonniers survécurent à la guerre.

 Le camp fut fermé deux jours après la révolte et  les SS tuèrent la plupart des détenus et transformèrent le camp en ferme pour effacer toute trace de crime . 



Quelques rescapés de Sobibor ayant réussi à s'échapper.

A Auschwitz Birkenau quatre femmes appartenant à un groupe juif organisé au sein de l'usine d'armement Union Werke dérobèrent des explosifs qu'une cinquième femme transmit aux membres du Sonderkommando de la chambre à gaz-crématoire IV . 

Le 7 octobre 1944 l'installation sautait .

Trois SS fûrent tués pendant cette révolte qui n'empêcha pas que des milliers de personnes moururent encore jusqu'a  la libération du camp le 17 Janvier 1945 .

Ce site est propulsé par Viaduc