Oradour et le procès de Berlin ( 1983 )

 

LE PROCÈS DE BERLIN-EST


(25 mai - 7 juin 1983)

 

Le 25 mai 1983, s'ouvrit à Berlin-Est le procès du sous-lieutenant Heinz Barth arrêté le 14 juillet 1981 par la police de la R. D.A.

 

C'est le seul officier responsable du massacre d'Oradour arrêté et jugé.

En 1953, à Bordeaux, il avait été condamné à mort par contumace.

 

En vertu d'une loi votée par le Parlement en 1964, son crime était prescrit en France depuis 1973.

C'est Barth qui, le 10 juin 1944, au départ de Saint-Junien, avait dit à ses hommes qu'ils allaient voir le sang couler ;

 

c'est lui qui, au moment de l'encerclement du village, se chargea d'empêcher les habitants de fuir ; c'est lui qui fit mettre le feu à l'église.

 

Ce ne fut donc pas un simple comparse, mais un des principaux exécutants.

Devant le tribunal, Barth reconnut que l'on n'avait pas trouvé d'armes ou de munitions à Oradour, ni pendant ni après la perquisition, que sa section accompagna les enfants des écoles au champ de foire, qu'en entendant le signal du massacre, il avait crié :

 

Feu ! à ses soldats et tiré lui-même sur les hommes d'une grange.

 

Tout cela pour faire un exemple.

 

Il fallait tuer tout le monde, même les enfants... Oradour nous avait été présenté comme un fief du maquis.

 

Les ordres concernant la destruction sont venus de très haut et la seule raison que je connaisse à cette action est l'enlèvement par les résistants d'un gradé S. S... J'ai obéi aux ordres.

Cinq témoins assistaient aux débats : MM. Hébras, Roby et Darthout, rescapés de la grange Laudy, MM. Machefer et Beaubreuil. M. Borie et Mme Rouffanche, ne pouvant se déplacer pour des raisons de santé, avaient envoyé leur témoignage écrit. Comme à Bordeaux, ils racontèrent le terrible après-midi qu'ils avaient vécu ; mais aucun d'eux ne reconnut Barth :

 

Quarante ans après, ce n'est pas possible.

M. Roby demanda à la Cour la permission de lire une déclaration qui se terminait par cet appel :

 

Quarante ans après ce drame, et alors que certains pays voient renaître ce système politique et idéologique - le nazisme -, je demande à tous les jeunes d'être vigilants.

Reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, et bien que la peine de mort soit toujours en vigueur en R.D.A., Heinz Barth fut condamné à la prison à vie.

 

Heinz Barth au procès de Berlin

Ce site est propulsé par Viaduc