Le Vieux fusil 

À la veille du Débarquement allié, en 1944, un médecin venge la mort de sa femme et sa fille, sauvagement assassinées par des soldats allemands stationnés dans un petit village où elles étaient réfugiées.







Voilà un film incontournable .


Plus qu'une fiction majeure du cinéma Français , Le Vieux Fusil marque le début d'une nouvelle ère de films sur la Seconde Guerre Mondiale . Sorti a une époque où les premiers travaux sur le sombre rôle de Vichy et des collaborateurs sous l'occupation commencent à paraitre

  ( La traduction en 1973 de l'ouvrage La France de Vichy de Robert Paxton  marque une rupture souvent considérée comme décisive dans l'historiographie de la France sous le joug Hitlérien . ) le film de Robert Enrico met le doigt où ça fait mal dès les premières minutes du film à  savoir :


La Milice Française organisation paramilitaire aux idéaux proches des nazis . 


Le Spectateur n'a aucun répit , nous sommes directement plongés dans l'ambiance de plomb qui régnait dans le Limousin au printemps 1944 .
Le Vieux Fusil est librement inspiré d'un fait historique réel :  


Le 10 Juin 1944 , à Oradour sur Glane en Haute Vienne , des troupes SS de la division Das Reich massacrent 642 personnes et incendient le village .

( http://memoiredoradour44.cowblog.fr ) 

Des bruits sporadiques de partisans à la pression constante de l'occupant sur les civils l'immersion est totale .



Si les premières minutes du film suivent une ligne directive des plus classiques ( Introduction des personnages ) tout bascule dès le climax de l'intrigue et tout s'enchaine très vite . 


Ce qui n'était qu'un film sur l'occupation se transforme en un jeu du chat et de la souris extrèmement sulfureux .


Le Vieux Fusil est un film qui fait mal et ce mal ne vient pas tant des effusions de sangs que des moments où le spectateur est confronté à l'Histoire et si nous sommes à certains moments tentés de détourner le regard , l'ambiance sonore nous rappelle à l'ordre , qu'il s'agisse d'un lance flamme crépitant où d'un glaçant silence qui ne laisse place qu'aux sons des tsf encore allumées témoins directs du massacre .
La deuxième partie du film est construite sous forme de puzzle temporaire jonglant entre les moments de présent historique et flashs backs . 


Ce puzzle à l'ordre chronologique volontairement inversé accentue non seulement le dramatique de l'intrigue mais permet de comprendre peu à peu la détresse psychologique de Julien pour parvenir à un final qui ne laissera personne de marbre et qui peut être une allusion évidente à certaines familles de victimes d'Oradour sur Glane et de biens d'autres villages martyrs : 

Le déni  de la mort .


Si Le Vieux Fusil est un film on ne peut plus dramatique , il est également une belle réflexion sur une des choses essentielles à ce monde : L'Amour triomphe toujours .

Ce site est propulsé par Viaduc