Document exceptionnel  : lettre  d'une personne anonyme datée du 14 Juin 1944 évoquant les terribles évenements du Limousin .

 

Voici une lettre que m'a aimablement  copiée un membre du site e-bay .

 

Voici ce que j'ai pu reconstituer , certaines parties  de la lettre étant  devenues illisibles .

 

 

 

"14 juin 1944 :

La situation ici est très grave depuis le 6 .

Limoges est depuis 8 jours privé de toute communication à part deux ou trois endroits dont le Dorat .

Aucun train ne part ni arrive , nous n'avons ni téléphone ni télégraphe et aujourd'hui cependant pour la 1ère fois depuis 8 jours, nous avons une arrivée de courrier ce qui nous a valu ta lettre .

La mienne arrivera-t-elle ?

La poste n'acceptait aucun courrier depuis le 7 ; Aujourd'hui elle a annoncé qu'elle le prenait mais en faisant toute réserve sur son acheminement .

Dès le débarquement , le maquis a engagé partout des opérations en faisant sauter les voies les ponts . Attaquant les convois et occupant plusieurs villes ou villages de la région /

 

 

On été notamment occupés Tulle , Leguéret , Chateauroux , Rochechouart , St Junien puis d'autres localités .

 

Des combats parfois assez sévères ont eu lieu en différents points entre le maquis et les troupes allemandes .

 

Je ne puis ici te donner tous les détails mais je puis bien cependant te dire que nôtre région vit depuis 8 jours des heures dramatiques .

 

Des combats de rue ont eu lieu notamment à Tulle , Guéret , Saint Junien .

 

A Guéret nous avons pu téléphoner hier .

 

L'affaire a duré 8 Jours .

 

La répression allemande a été effroyable partout où elle a pu s'exercer .

 

 

Et apparemment c'est encore tout bouleversé par les effroyables nouvelles qui nous parviennent que je t'écris en ce moment .

 

A Tulle , les allemands ont repris la ville , après de durs engagements .

 

Nombreuses victimes .

 

A titre de représailles contre la ville , 120 habitants ont été pendus dans la ville même avec des crochets .

 

 

Comme par un cauchemar d'horreur ; et ce qui s'est passé samedi 10 Juin dans le petit village d'Oradour sur Glane a 20 killomètres de Limoges .

 

 

Les allemands ont fait irruption dans le village à 13h30 sur leur ordre le tambour de la ville a rassemblé toute la population sur le champ de foire .

 

Les hommes ont été séparés conduits dans une grange et fusillés série .

 

Les femmes et les enfants ont été entassés dans l'église , puis le feu a été mis à tout le village y compris l'église .

 

Sur 700 habitants il y a eu en tout 7 rescapés , j'ai vu ce matin une de ces rescapées ;

 

Les détails qu'elle donne confondent l'imagination et font frémir d'horreur .

 

Ceux qui tentaient de fuir , notamment par les fenêtres de l'église étaient abattus .

 

3 ou 4 ont pu se cacher dans des puis .

 

Hier soir , un de mes amis s'est rendu à Oradour en vélo .

 

 

Les allemands ont abandonnés le village hier matin et quelques gardes mobiles le gardaient .

 

Ce que cet ami a vu est bouleversant .

 

Il ne reste plus une pierre debout dans le village ; partout et surtout dans les ruines ont aperçoit des cadavres d'hommes de femmes et d'enfants tordus et calcinés .

 

 

Tous les enfants qui se trouvaient dans l'église ont été conduits dans l'église avec leurs instituteurs mon ami a vu des petits cadavres noircis par le feu , aggripés aux débris du confessionnal .

 

 

J'ai vu ce matin également une jeune fille d'oradour qui ne doit son salut qu'au fait que ce jour-là elle était venue faire des commissions à Limoges .

 

Elle est retournée à Oradour et n'a retrouvé aucune trace ni de ses parents ,i de sa maison .

 

Tout Limoges est bouleversé et tous les cœurs sont soulevés d'une horreur indicible .

 

Le village a été arrosé au phosphore ; Il n'en reste pas une pierre debout .

 

Il y a plus de 650 cadavres dans les ruines ( 700 à 800 aux dernières nouvelles ) .

 

A Limoges même un calme relatif règne .

 

Énormément de troupes .

 

 

La ville est complètement coupée , aucun ravitaillement n'arrive .

 

On vit sur les réserves .

 

J'ai vu une fille de Montreuil qui était venue la semaine dernière conduire sa fillette âgée de 11 ans à Oradoour pour la soustraire aux dangers des bombardements ; elle l'avait quitté le matin du drame .

 

Elle n'en a retrouvé aucune trace .

 

Jean et ses camarades routiers ont été cet après-midi requis pour aller déblayer les ruines et toucher et de rassembler les ossuaires .

 

 

 

Avec quelques parents nous fait une démarche pour qu'un ne laisse pas nos enfants contempler une pareille horreur .

 

On nous a donné gain de cause .

 

Les grands séminaristes sont partis par contre cet après-midi .

 

Nous avons le couvre-feu de 21 h à 6 h dans le département .

 

La ligne du Dorat a été coupée aujourd'hui .

 

Mercredi soir .

 

 

Voici quelques nouvelles qui me parviennent à l'instant .

 

7 allemands ayant été tués au Dorat au cours du passage d'une colonne .

 

La ville est sous la menace de représailles .

 

A Bellac le maquis a occupé la ville , quelques allemands auraient été tués .

 

Les allemands ont repris la ville .

 

6 Tués . 14 otages sont restés alignés 1 h le long d'un mur du cimetière mitrailleuse braquée sur eux et n'ont dû leur salut in-extremis qu'à une intervention très courageuse du sous-préfet .

 

Aucune nouvelle de Magnac ."

 

 

 

Cette lettre est très intéressante et  relate bien la sombre ambiance qui régnait dans le Limousin en cette période .

 

Il faut prendre en compte le contexte dans lequel elle a été écrite ; 4 jours après le massacre d'Oradour .

 

Rien n'est encore certains sur le nombre de victimes .

 

 

 

Vous pouvez si vous le souhaitez accéder à la copie scannée de la lettre :

 

Partie 1

 

Partie 2

 

Partie 3

 

 

 

Ce site est propulsé par Viaduc